Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le peintre d'aquarelles, roman

par Gilbert Larin 10 Décembre 2017, 14:39 Livres

Comme à chaque année, je vais au salon du livre faire autographies le dernier né de Michel Tremblay. Cette année Le peintre d'aquarelles fort spécial pour moi. Donc au lieu d'en faire la revue voici plutôt une lettre que je destine à Michel Tremblay: (Je n'ai aucune façon de savoir s'il la lira) 

Lettre à Michel Tremblay, 

Comme à chaque année, je dévore votre dernier né et depuis le milieu des années 70 je vous lis. Je dois avouer que j’ai probablement tout lu ce que vous avez publié depuis contes pour buveurs attardés pour finir par le peintre d’aquarelles. 

Cependant votre dernier né est pour moi le point culminant d’une vie parallèle que nous avons mené tous les deux. Je suis né le 28 avril 1955 à l’hôpital Notre-Dame et j’ai vécu au 4669 Chambord, entre Gilford et Mont-Royal,  de ma naissance jusqu’en avril 1973. Même si j’ai vécu depuis dans d’autres lieux, notre plateau Mont-Royal sera jusqu’à la fin de ma vie mon vrai quartier. 

Je n’ai non seulement lu mais j’ai vécu les chroniques du plateau Mont-Royal et certains de vos personnages ont fait partis physiquement de ma vie. 

Cependant quelle surprise de lire le peintre d’aquarelles! Ayant joué Marcel, en amateur dans En pièces détachées en 2007, je le retrouve en 2017 à 76 ans et… peintre en plus. 

Quelle coincidence, Depuis la mort de mon doux époux il y a un an , je me suis mis moi aussi à la peinture. 

J’ai toujours aimé Marcel, qui est moins fou que Bartine veut bien nous le laisser croire et de le voir plus vieux et quand même assez sain d’esprit, en dehors de ses crises, me rassure. 

Entre temps, je vais mettre mes lunettes soleil, personne va m’voir, pis j’vas parler en anglais. Pis les flèches des indiens du parc Lafontaine peuvent pas m’toucher quand j’ai mes lunettes. 

Ensuite j'va flatter Duplessis qui ronronne et dire bonsoir à Rose, Violette, Mauve et leur mère en écoutant le violon de Josaphat. 

Encore une fois merci et il ne me reste qu’onze mois avant de retrouver mon monde dans votre dernière création. 

Gilbert Larin.


 

Le peintre d'aquarelles, roman
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page