Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Edmond, le film

par Gilbert Larin 18 Février 2019, 10:08 Film

Je suis allé voir hier, dimanche avec Claudette et Marie-Noëlle, au cinéma Pine de Ste-Adèle, le film Edmond réalisé par Alexis Michalik . Ayant vu la pièce, je trouve que c'est une mise en scène formidable pour un film sur la difficile naissance d'une pièce de théâtre que nous présente Michalik. On y sourit, on y rit, on y pleure et surtout on se souvient car qui n'a pas vu au moins une fois Cyrano de Bergerac, au théâtre, au cinéma ou la télé. 

Un excellent film qui est absolument fidèle à la pièce. Allez-y en courant. 

SYNOPSIS ET DÉTAILS

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

un mot sur Michalik:

C’est en travailleur acharné qu’Alexis Michalik scénarise et réalise son premier long-métrage Edmond, tout en jouant également dedans. Très adapté de sa pièce éponyme, il livre un film efficace, mettant en scène de belles performances d’acteurs et un sujet très attrayant. Ayant eu la chance de voir la pièce de théâtre à Paris avant de voir le film, j'invite donc le public québécois à se réjouir d’avoir accès à ce long-métrage qui semble, en effet, être le meilleur médium pour cette histoire.
 
À travers le film, Michalik met en scène des séquences très rythmées sur la création des cinq actes de Cyrano de Bergerac. Nous notons de très beaux moments de cinéma qui feront plaisir aux spécialistes de la littérature française, avec l’improvisation autour de la scène du balcon mais aussi toute la création du personnage de Cyrano grâce aux objets qui entourent Edmond.
 
L’alternance entre le théâtre et le cinéma, qui est si chère à Michalik, est également présente avec beaucoup de « clichés » théâtraux lorsque les comédiens répètent. Néanmoins, le cinéma est aussi très présent avec cet objet filmique, mais aussi grâce à des mouvements de caméras accentués, notamment lors des présentations des nouveaux actes avec des travelling circulaires appuyés. À noter également, une irruption du cinéma lors de la mise en scène de l'acte V qui est d'une fluidité très juste...
 
Mais ce n'est pas tout! En plus de la mise en scène et de l'histoire réussies, les acteurs sont captivants. Thomas Solivérès en Edmond Rostand surprend après ses multiples petits rôles secondaires au cinéma (dans Intouchables ou encore Les gamins). Avec un ton très juste, il livre une belle performance et cela lui promet une longue carrière. Olivier Gourmet, que nous avions rencontré lors du Festival Cinemania et qui nous parlait déjà de sa performance de Constant Coquelin (à relire en cliquant ici), est majestueux dans ce premier rôle de comédie, à la fois drôle, émouvant et percutant. Quant aux seconds rôles interprétés par Clémentine Célarié, Mathilde Seigner, Tom Leeb, Dominique Pinon ou encore Lucie Boujenah, ils sont tous à la hauteur de leurs personnages.
 
Alors en attendant, un jour peut-être, la venue des pièces d’Alexis Michalik sur les scènes des théâtres québécois, Edmond est une bonne alternative pour flirter avec son art, sa mise en scène et son écriture.
 

 

Edmond, le film
Edmond, le film
Edmond, le film
Edmond, le film
Edmond, le film
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page