Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Phénix, Film (Science-fiction)(Version française de Songbird)

par Gilbert Larin 20 Décembre 2020, 11:15 Film

J'ai visionné hier le film Songbird ( Phénix en français) qui est basé sur la pandémie de COVID-19. Cependant elle devient la COVID-23 . C'est un des pires navets de science-fiction que j'ai jamais vus. Un scénario mal construit, sans rebondissement. Tous les gestes sont prévisibles. C'est supposé être un thriller et je vous avoue qu'on peut même s'endormir dessus. 

Ce film est disponible seulement en Video sur demande pa votre câblodistributeur (VSD) pour la modique somme de 14,99$.

 

SYNOPSIS:

Michael Bay («Transformers») est le producteur de «Phénix», un long métrage apocalyptique qui illustre de quoi aurait l’air la vie pendant la pandémie de COVID-23.

Les États-Unis en sont à leur 214e semaine de confinement. Nous sommes en 2024 et la population est enfermée chez elle pour la quatrième année consécutive. Le gouvernement a pris des mesures extrêmes, excessives, dictatoriales. Les personnes infectées sont emmenées, par les unités des forces spéciales, vers des camps de quarantaine.

Dans cette société, les tests de dépistage par application téléphonique sont obligatoires et un résultat positif signifie l’internement. Tout le monde se méfie de tout le monde, les personnes les plus riches – dont Piper (Demi Moore) et Mr. Griffin (Bradley Whitford) - sont retranchées dans leurs maisons transformées en bunkers, avec des systèmes de désinfection par rayons.


Nico (KJ Apa), un coursier immunisé au virus parce qu’il a été malade, est amoureux de Sara (Sofia Carson), une jeune artiste. Mais ils n’ont aucun contact physique et ils vivent leur amour par écran interposé. Lorsque Sara pense qu’elle a été infectée, Nico fait tout pour lui trouver une passe qui lui permettra d’éviter le centre de quarantaine.

On trouve également, dans ce long métrage d’Adam Mason, un haut fonctionnaire corrompu (Peter Stormare) particulièrement sadique, un homme (Paul Walter Hauser, vedette du «Richard Jewell» de Clint Eastwood) cloîtré chez lui depuis des années, une chanteuse (Alexandra Daddario) et toute une galerie de personnages secondaires représentatifs du meilleur et du pire de l’être humain.

Loin de l’épidémie actuelle de COVID-19, ce «Phénix» a-t-il un quelconque intérêt? Non, la qualité globale n’étant pas au rendez-vous. On sent le scénario facile et le message final d’un positivisme sirupeux qui détonne avec l’apocalypse précédente. Les amateurs du genre regarderont donc ce long métrage de 90 minutes d’un œil paresseux en se demandant s’il n’est pas un peu tôt pour capitaliser aussi peu subtilement sur la pandémie.

Phénix, Film (Science-fiction)(Version française de Songbird)
Phénix, Film (Science-fiction)(Version française de Songbird)
Phénix, Film (Science-fiction)(Version française de Songbird)
Phénix, Film (Science-fiction)(Version française de Songbird)
Phénix, Film (Science-fiction)(Version française de Songbird)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page